LE RSA SE REUNIT A BLOIS

Le 1er août 2020, sur l’aérodrome de Blois-Le Breuil, s’est tenu le Rassemblement RSA. La Fédération RSA (Réseau du Sport de l’Air) fédère la construction, la restauration, le maintien en état de vol d’aéronefs de tous types. C’est le domaine de la construction amateur, de ces doux-dingues qui construisent leur avion dans leur garage ou dans le fond d’un hangar. C’est le royaume de passionnés qui peuvent passer des heures à vous parler de leur avion. Si vous savez les écouter, ils partageront avec vous leur passion sans limite.

A la manœuvre pour organiser ce rassemblement, une autre association : Aéropassion Blois Vendôme. Une équipe d’amis qui reconstruisent, réparent et font voler des beaux avions, avec une prédilection sur les avions des années 50-60. Bien sûr leur pièce maitresse est un superbe SNJ-5 (version Navy du fameux T-6) mais dans leurs hangars vous pourrez trouvez un NC858 en cours de restauration, un Fairchild 24.

Pour ce rassemblement, plus de 70 avions venus de toute la France s’étaient donnés rendez-vous. Ce fut l’occasion d’approcher de près de très belles machines. En voisin, le Stearmann des dézing’eure et loir dont c’était une des première sortie, remarquable avec sa livrée des U.S Coast Guard. Venu de Montargis, c’était Piaggio.Focke-Wulf P.149 avec son exotique décoration ougandaise.

Pour compléter le tableau, on a pu admirer deux T-6 venus tout droit de l’Ile de France toute proche. Les pays de l’est était quand à eux représentés par la famille des Yak, du rare Yak-12M en passant par les avions de la Yako Team, venus en voisins.

C’était aussi l’occasion d’apprécier une Alouette II tout juste sortie de restauration et de toute beauté, une finition exceptionnelle. Il y avait aussi là la premier d’une longue lignée d’avions de tourisme le CP 30-01 du constructeur Claude Piel.

Sous le soleil, les machines rutilantes et magnifiquement entretenues s’alignaient pour le plus grand bonheur des curieux qui avaient fait le déplacement. La diversité des avions a permis de découvrir la richesse du parc aéronautique français.

Un dernier conseil, si un jour, vous croisez un de ces fous volants, prenez de votre temps. Ecoutez le parler de sa passion et pourquoi pas vous l’entendrez vous dire « ça te dis de faire un tour ? »

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*