A LA DECOUVERTE DES AILES ANCIENNES DE LORRAINE

On le sait, parvenir à maintenir en état de vol des machines anciennes est parfois très (très) compliqué. Il faut déjà commencer par parvenir à trouver et acquérir la machine, puis il faut faire le nécessaire pour décrocher l’autorisation de la faire voler. Et une fois que ceci est fait, il faut assurer, en permanence, l’entretien de son avion. Alors quand on découvre une bande de passionnés qui parviennent à faire vivre le patrimoine aéronautique en faisant voler plusieurs avions (et pas n’importe lesquels!), il était évident qu’il fallait vous les présenter !

Les Ailes Anciennes de Lorraine, ça commence en 2001, avec trois copains qui achètent un Stampe et l’installent en face de la BA 128, à Frescaty. Pourquoi les Ailes Anciennes de Lorraine ? Parce que le Stampe était un avion ancien, et l’association s’était installée en Lorraine, on ne peut pas faire plus logique !

En 2003, l’association déménage sur l’aérodrome de Doncourt-lès-Conflans, où elle est toujours présente. C’est également à ce moment-là qu’un second avion vient s’ajouter à la flotte, un Jodel DR1050. En effet, un des objectifs de l’association, qui réunit des pilotes et des non pilotes, est de permettre à tous de voler le plus souvent possible, et pour voler, il faut des avions ! Assez rapidement, un nouveau membre de l’association, pilote de 747, permet à celle-ci d’ajouter un PT17 Stearman dans les hangars.

C’est ensuite un avion rare en France qui vient renforcer le parc : un Klemm 35D. Le Klemm 35 est un monoplan à aile basse en W, biplace en tandem et train classique fixe. Le 35D en est une déclinaison possédant notamment un moteur plus puissant. Celui des Ailes Anciennes de Lorraine a été construit en 1940, il commença sa carrière en servant d’avion école dans l’armée de l’air Suédoise.

Un Stampe (qui fut revendu, au bout de 18 ans, à cause d’un moteur compliqué à entretenir du fait du manque de pièces détachées), un Jodel, un Stearman, un Klemm (sans oublier un PT26 que l’équipe est allée chercher à Atlanta), on le devine facilement, les membres des Ailes sont passionnés par tout ce qui vole, peu importe son origine ou ses performances. L’association compte aujourd’hui 9 membres et 5 adhérents, la volonté du président étant de rester une petite structure afin de garder l’état d’esprit et la bonne humeur qui a marqué, dès le départ, l’histoire des Ailes Anciennes de Lorraine.

Une histoire qui est également parsemée d’anecdotes et de belles histoires. On peut notamment parler de William, fils de l’un des fondateurs, passionné par l’aviation, qui deviendra rapidement un des moteurs de l’association. Ce même William qui, au terme de plus de 700 heures de travail, parviendra à remettre en l’air un des autres avions de l’association, un D18. Avion amené par Vanessa, qui est arrivée dans l’association presque par hasard, en survolant le terrain et en descendant voir ce qu’il s’y passait !

Des anecdotes également parfois moins heureuses, comme ce Yak 55, acheté par les Ailes Anciennes de Lorraine, et qui ne pourra jamais, faute de papiers en règle, décoller. L’avion fut restauré et aussitôt revendu.

Aujourd’hui, l’association compte pas moins de 7 machines différentes dont elle assure l’entretien et l’état de vol; et car un avion, et ce sont les premiers à le dire, c’est fait pour voler, les machines de la flotte volent quasiment toutes au moins une fois par semaine. On ne se rend pas compte de l’énergie, de la passion qu’il faut avoir pour parvenir à cette prouesse. En effet il ne faut pas oublier que sur un avion ancien, il faut bien souvent compter, 2, 3, voir plus, heures d’entretien pour une seule heure de vol. Il est évident que sans cette équipe de passionnés, plusieurs des avions du parc ne voleraient plus ou auraient été rachetés et seraient partis à l’étranger (comme cela arrive trop régulièrement chez nous).

L’Association a des projets plein la tête et il est évident que nous entendrons encore souvent parler d’eux. Déjà parce qu’ils participent régulièrement à des manifestations aériennes, vous pourrez d’ailleurs les voir à Saint Dizier, Sedan ou encore Meaux (toutes les dates des meetings aériens sont à découvrir en cliquant ici). Mais également car ils ont encore des projets en tête, des plus raisonnables aux plus fous, comme pourquoi pas, ajouter un jour un Corsair dans les hangars ? (mais le Président nous souffle, concernant celui-ci, qu’il faudrait d’abord gagner à l’Euromillion…)

On ne le répètera jamais assez mais il est indispensable de soutenir les associations qui, comme les Ailes Anciennes de Lorraine, luttent pour préserver un patrimoine aéronautique qui fait partie de notre Histoire avec un grand H. Bravo à elles !

Vous pouvez retrouver l’actualité des Ailes Anciennes de Lorraine sur leur Facebook.

Un grand merci à la quasi totalité des membres de l’association qui ont acceptés de répondre à nos questions.

1 Comment

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*